Ensemble, prenons soin de l'eau - Agence de l'eau Loire-Bretagne

Glossaire R

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Récupération des coûts

Principe promu par la directive cadre sur l’eau et visant à ce que les utilisateurs de l’eau supportent autant que possible - principalement au travers du prix de l’eau - les coûts induits par leurs utilisations de l’eau : investissements, coûts de fonctionnement et d’amortissement, coûts environnementaux, etc. Ce principe est aussi appelé « recouvrement » des coûts, même si la « récupération » des coûts est le terme officiel de la directive.La directive cadre fixe deux objectifs aux États membres en lien avec le principe de récupération des coûts :pour fin 2004, dans le cadre de l’état des lieux : évaluer le niveau actuel de récupération, en distinguant au moins les trois secteurs économiques : industrie, agriculture et ménages ; pour 2010 : tenir compte de ce principe, notamment par le biais de la tarification de l’eau.Si la directive a une exigence de transparence du financement de la politique de l’eau, en revanche, elle ne fixe pas d’obligation de récupération totale des coûts sur les usages.

Redevances

Particulier ou professionnel, nous payons tous des redevances en fonction des perturbations que nos activités entraînent pour les milieux aquatiques. Proportionnelles aux quantités de pollution rejetées dans le milieu naturel ou aux volumes d’eau prélevés, les redevances sont des outils pour inciter chacun à mieux gérer la ressource en eau. Les taux et les assiettes des redevances sont approuvés par le comité de bassin dans le cadre défini par la loi sur l’eau et les milieux aquatiques. Le produit des redevances permet à l’agence de l’eau de financer des actions d’intérêt général pour protéger et restaurer l’eau et les milieux aquatiques.

Régime hydrologique

Variations saisonnières du débit de la rivière.

Rejets

Action de jeter, déverser ou laisser s’écouler dans les eaux superficielles, souterraines ou les eaux de mer une ou des substances quelconques. Ces rejets peuvent être d’origine industrielle, domestique (collectivité urbaine,...), agricole (élevages,...). Ils peuvent être ponctuels ou diffus.

Report de délai

Report de l’échéance de 2015 pour atteindre le bon état. Le report le plus tardif est fixé à 2027.

Réserves de substitution

Ce sont des ouvrages artificiels permettant de stocker l’eau lorsque celle-ci est abondante pour irriguer les cultures en période sèche. Ces ouvrages viennent en remplacement de prélèvements existants : c’est la notion de substitution. Ainsi par exemple, un prélèvement en été durant la période la plus critique est remplacé par un prélèvement en hiver lorsque la ressource est disponible. Ces réserves constituent l’une des solutions à un problème de manque d’eau car elles permettent de réduire les prélèvements en été qui ont le plus d’impact sur le milieu naturel.Elles peuvent compléter d’autres types de solutions : économies d’eau et mesures agro-environnementales pour limiter les volumes d’eau utilisés pour l’irrigation ; gestion collective et concertée des prélèvements entre tous les utilisateurs (agricole, industrie, loisirs, eau potable) pour rétablir l’équilibre entre les besoins des usagers et la ressource disponible, sans oublier les besoins des milieux naturels.

Réservoir biologique

Dans les rivières et les zones humides, vivent des organismes microscopiques, des plantes, des insectes, des mollusques...Certains, comme les poissons, effectuent tout leur cycle de développement dans la rivière : ils naissent, grandissent, s’alimentent, se reposent et se reproduisent dans l’eau. Ils se déplacent selon leur besoin en nourriture ou pour chercher un endroit où se reproduire. Les réservoirs biologiques sont des cours d’eau ou parties de cours d’eau comprenant tous les habitats utiles au bon développement d'une ou plusieurs espèces. Ce sont des « pépinières » qui peuvent fournir des individus aptes à coloniser les secteurs appauvris. Ils participent ainsi au maintien ou à l’atteinte du bon état. Ces réservoirs sont identifiés dans le Sdage.

Restauration

Consiste à reconstituer par l’intervention humaine, des écosystèmes dégradés.La restauration implique que l’écosystème ait encore une capacité suffisante pour se régénérer et une bonne capacité à évoluer naturellement (bonne dynamique du milieu).

Retenues collinaires

Dans des cuvettes à fond naturellement imperméable, situées entre des collines, l’homme aménage de petits barrages en terre pour retenir les eaux de ruissellement. Les retenues d’eau artificielles ainsi créées sont utilisées pour l’irrigation des cultures, ou les loisirs (alimentation des canons à neige…).

Risque sanitaire

Danger ou inconvénient (immédiat ou à long terme) plus ou moins probable auquel la santé publique est exposée. L’identification et l’analyse des risques liée à un phénomène (inondation, contamination,...) permet généralement de prévoir son impact sur la santé publique.

Une modification ?

N'hésitez pas à faire des remarques...