Ensemble, prenons soin de l'eau - Agence de l'eau Loire-Bretagne

Questions fréquentes  Comment faire connaître le Sdage ? Est-il possible de faciliter la réalisation de ses objectifs ?

Comment les acteurs de l’eau sont-ils informés ?

Le schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (Sdage) et le programme de mesures sont consultables en ligne sur le site de l’agence de l’eau. Mais ce n’est pas suffisant. Nul n’est censé ignorer le Sdage ! Des documents d’information sont diffusés à toutes les collectivités du bassin et des forums de l’eau sont organisés dans chaque sous-bassin.
Le président du comité de bassin réunit régulièrement les présidents des commissions locales de l’eau, qui ont un rôle très important à jouer pour mettre en œuvre les dispositions du Sdage. Le réseau des animateurs de Sage, mais aussi les animateurs des contrats territoriaux sont également réunis et informés de façon précise des dispositions qui concernent le plus directement leur activité. Avec 85 % de notre bassin couvert par 56 démarches de Sage et 400 contrats territoriaux en cours ou en préparation, il est tout à fait possible de bien « mailler le territoire » et de diffuser l’information à tous ceux qui doivent la détenir.
Sans oublier les services de l’État au sein des missions interservice de l’eau et de la nature, des directions régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL), ou l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (ONEMA) qui peuvent également répondre aux questions des acteurs de l’eau.
Il est aussi possible de s’abonner à la lettre électronique de l’Actualité du Sdage. Elle informe tous les deux ou trois mois de l’actualité réglementaire, de la jurisprudence, des débats en cours, des fiches de lecture du Sdage ou des outils de sensibilisation à disposition.

Comment faire vivre ensemble cette stratégie pour l’eau ?

Le comité de bassin organise régulièrement des forums de l’eau dans les grandes villes du bassin pour permettre aux acteurs de l’eau d’en débattre.
Les départements, régions, villes, commissions locales de l’eau, les chambres consulaires, syndicats d’eau et intercommunalités, les associations également, ont un rôle important pour mener des actions d’amélioration de la qualité, mieux prendre en compte l’eau dans les projets d’aménagements urbains, dans les activités industrielles et agricoles.
Ils peuvent être aussi « relais » vis-à-vis de leurs administrés, de leurs adhérents ou de leurs publics propres :
- pour faire connaître le schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (Sdage), les actions à mener et leurs résultats,
- pour sensibiliser aux enjeux de l’eau et favoriser la mobilisation de tous,
- pour alimenter le débat public, en l’illustrant au plus près des citoyens par les problèmes et actions rencontrés localement.

De quels outils disposent les partenaires pour informer ?

Lors de la consultation sur le projet de schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (Sdage), l’agence de l’eau réalise un document d'information sur ses grandes orientations. Ce document comporte un questionnaire détachable, ou à remplir sur internet. Après adoption, l’agence met également à disposition des outils pour accompagner la mise en œuvre du Sdage : dossier de presse, publications, exemples à suivre…
Ces différents outils sont présentés et accessibles à partir du site www.prenons-soin-de-leau.fr espace partenaires.
Bien sûr, vous pouvez compléter avec vos propres outils d’information, notamment pour apporter un éclairage ou une accroche locale ou plus spécifique à votre public.

Le Sdage peut être difficile à lire, où puis-je trouver de l’aide ?

À la fin du schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (Sdage) un glossaire permet de mieux comprendre certains termes techniques utiles à sa bonne compréhension. Par exemple, la résilience écologique est définie comme la capacité d’un écosystème à résister et à survivre à des altérations ou à des perturbations affectant sa structure ou son fonctionnement, et à trouver, à terme, un nouvel équilibre.
Enfin, une aide à la lecture présente le Sdage de manière pédagogique et par catégorie d’acteurs. Ce document est accessible sur le site www.eau-loire-bretagne.fr

Comment peut-on avoir accès à des informations plus poussées ?

Les projets de schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (Sdage) et de programme de mesures sont consultables à partir du site internet www.prenons-soin-de-leau.fr ou du site institutionnel de l’agence de l’eau, www.eau-loire-bretagne.fr, qui propose aussi une information très poussée avec un accès à des données valorisées ou brutes. Vous pouvez également accéder à l’ensemble des documents du plan de gestion des risques d’inondation (PGRI), www.centre.developpement-durable.gouv.fr.
Le site www.eaufrance.fr, portail du système d’information publique sur l’eau, donne l’accès à de très nombreuses données sur l’eau, au niveau national ou via le portail de bassin. Plus localement, les sites des observatoires régionaux ou départementaux proposent également de nombreuses informations et données.

J’organise un évènement autour du Sdage, comment puis-je le faire savoir ?

Vous pouvez bien sûr passer une information dans le journal local. Mais n’hésitez pas à saisir en ligne le formulaire d’annonce d’une manifestation accessible à partir de l’espace Partenaires du site www.prenons-soin-de-leau.fr. L’agence de l’eau pourra ainsi relayer cette information et valoriser votre action sur ce site internet, via sa lettre électronique ou via les réseaux sociaux.

Moi, particulier, qu’est-ce que je peux faire ?

Nous sommes tous acteurs de l’eau, dans notre vie domestique, professionnelle ou citoyenne. Et chacun peut agir de diverses façons.
Directement d’abord, dans notre vie quotidienne : qu’il s’agisse d’éviter de gaspiller l’eau, de modérer l’utilisation de produits lessiviels toujours plus ou moins toxiques pour l’environnement, de jardiner sans pesticides, de préférer des produits d’une agriculture respectueuse de l’environnement, d’éviter de déverser des produits toxiques dans l’eau – solvants de peinture, huiles de vidange, - voire d’éviter de disperser des espèces animales ou végétales exotiques dans des milieux qui ne sont pas les leurs (tortues de Floride, plantes d’aquariums…) - La somme de tous nos gestes individuels compte.
Et comme citoyen aussi : il est plus facile pour nos communes de renoncer aux pesticides si nous tolérons les herbes folles ; nous pouvons aussi conforter les élus dans leurs démarches de « renaturation » des cours d’eau, apprendre à nos enfants qu’une rivière en bonne santé est une rivière vivante et non pas une succession de plans d’eau, accepter qu’une zone humide le reste, ne soit ni exploitée, ni imperméabilisée car nous avons besoin de ces véritables infrastructures naturelles…
Enfin, nous pouvons tous peser à chaque fois que des choix importants sont opérés : lors des enquêtes publiques, dans les débats, lors des consultations.
C’est bien pour cela que le schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (Sdage) comporte plusieurs orientations qui visent à favoriser la prise de conscience des élus, des professionnels, mais aussi du grand public.