Ensemble, prenons soin de l'eau - Agence de l'eau Loire-Bretagne

L’excès de nourriture dégrade les plans d’eau   12/07/2012

Pique-nique, baignade, pêche, nautisme, camping,… nous sommes nombreux à aimer nous détendre au bord des plans d’eau. Mais quand l’eau devient trouble, que des algues, des mousses vertes se développent, au revoir le dimanche au bord de l’eau. Pour éviter d’en arriver là, des solutions existent…

L’eutrophisation

L’eutrophisation est le mot savant pour parler de ce phénomène. En grec on dirait "bien nourri" et comme chacun sait "de trop bien nourri on peut devenir mal portant".

Comment en arrive-t-on là ?

Dans les plans d’eau, la nourriture en excès, c’est principalement le phosphore et dans une moindre mesure l’azote (nitrates…).
Le phosphore provient essentiellement de l’agriculture (60 %), des rejets domestiques (30 %) et des industries (10 %). Il a pour origine le métabolisme humain et animal, les produits d’entretien ou liquide pour lave-vaisselle, les engrais et les épandages de déjections animales sur les sols agricoles.
Les nitrates proviennent principalement de l’agriculture (engrais) et de l’élevage (lisier).

Dans le plan d’eau l’eau stagne, se réchauffe, la pollution s’accumule et les algues se développent. Quant elles se décomposent, elles absorbent une grande quantité d’oxygène.
L’eutrophisation perturbe aussi l’alimentation en eau potable en colmatant les prises d'eau.
La dégradation peut intervenir très rapidement mais la restauration d’un plan d’eau exige plusieurs années.
 

Prévenir, plutôt que guérir !

Le sdage, plan de reconquête de la qualité de l’eau du bassin Loire-Bretagne, propose plusieurs solutions :

  • réduire les apports en phosphore pour l’alimentation animale et les produits lessiviels dans l’industrie
  • réduire les rejets des villes et des industries - normes de rejets contraignantes pour les rejets des stations d’épuration et plus encore à l’amont des 14 plans d’eau les plus sensibles
  • adopter des pratiques non polluantes : utiliser les engrais agricoles sans excès, ne pas surfertiliser
  • intercepter les polluants avant qu’ils ne se retrouvent dans l’eau en luttant contre l’érosion des sols, le lessivage et le ruissellement.