Ensemble, prenons soin de l'eau - Agence de l'eau Loire-Bretagne

De belles plantes parfois néfastes pour l’eau et la santé   13/07/2012


Agence de l'eau Loire-Bretagne

A travers ses voyages l’homme transporte des plantes et les introduit dans sa région, de son plein gré ou à son insu. Jussies, myriophylle du Brésil, lagarosiphon, renouées du Japon, balsamine de l’Himalaya…, ces espèces végétales exotiques se propagent et menacent la biodiversité.

Les plantes sont qualifiées d’envahissantes (on dit aussi  "invasives") quand elles sont en concurrence directe avec les espèces locales au point de les remplacer et de mettre en péril l’équilibre naturel du milieu.

Se méfier des belles plantes

Non seulement elles prennent la place d’espèces habituellement présentes, mais elles ont des conséquences sur les activités humaines. Ces plantes peuvent obstruer des captages d’eau en rivière. Leur prolifération est aussi une gêne pour la pratique de la pêche ou des loisirs nautiques.
Certaines comme la Berce du Caucase ou l’ambroisie peuvent s’avérer irritantes pour les voies respiratoires et la peau, voire allergisantes.
Les gérer nécessite d’importants moyens : les interventions (arrachage …) coûtent cher et doivent être renouvelées fréquemment.

Les reconnaître : quelques guides

Espèces marines 

 

Repousser les belles envahissantes

Ne pas les planter ni les commercialiser, leur introduction est interdite par le code de l’environnement (article L411-3).

Si vous découvrez un foyer de plantes exotiques envahissantes :

  • évitez de disséminer la plante,
  • évaluez la surface occupée par la plante,
  • et rapprochez-vous de votre réseau régional
     
En savoir Plus

Il contribue à améliorer la connaissance et faciliter leur gestion.